appart en Chine

chine légendes taoisme rock chinois pop wilber royaumes mythologie empereur train olypique amour photo pédaler vélo boire alcool manger banquet famille mi-automne pop ,Wang Fei, Cui Jian, femme bateau Wuhan, Cao lao wai

09 juin 2007

La fête du double cinq (1)

Son nom l’indique, le festival à lieu le cinquième jour du cinquième mois de l’année lunaire. D’origine du Sud de la Chine, il est aussi célébré dans d’autres pays d’Asie, au cinquième jour du cinquième mois de leur calendrier respectif. Le cinquième mois correspond, plus ou moins, au mois de juin et ce n’est pas un hasard si cette fête aussi appelée « duanwu jie, » en référence a la position du soleil, soit proche du solstice d’été.
En terme ésotérique c’est le moment ou le principe Yang est à son apogée. Il inféchira ensuite sa puissance au profit du principe Yin qui après l’équinoxe d’automne prendra le dessus.

Le double cinq marque le début de la période chaude et l’arrivée des épidemies et autres pestilences. Début des chaleurs ou jour le plus chaud du mois c’est selon, la fête du double cinq est associée à des rites de protection contre les poisons reprensentés par cinq animaux maléfiques : le scorpion, le serpent, le lézard, le centipède, le crapaud. L’on faisait des charmes avec la poudre de ces cinq animaux. Le mélange de quatre d’entre eux pouvait guérir du poison du cinquième.
Pour se protéger des maladies, les Chinois faisait macérer de l’armoise, du saule et du jonc odorant pour faire des ablutions afin de se protéger des maladies durant l’année. L’on disait aussi que ce jour-là, l’eau puisé d’un puits lorsque le soleil est au zénith a des vertus magiques. De nos jours ils accrochent encore des tiges d’armoise et de jonc odorant aux portes et aux fenêtres. En raison de sa forme le jonc odorant est aussi appelé « épée d’eau » et cette lame permet de repousser les démons. Une éffigie du Dieu chasseur de démon, Zhong Kui peut aussi être posé sur les portes. duanwu1poche
Les enfants portent autour du cou une petite poche remplie de réalgar, d’hysope, de poudre d’absinth et de camphre pour se protéger ; au poignet ils portent un bracelet fait de fils de cinq couleurs. Les hommes buvaient du vin épicé au réalgar (monosulfure d’arsenic !) Une petite dose suffisait à se prémunir des poisons qui envahissent l’air mais son abus a eu raison de ce petit vin traditionnel.

Posté par bbristo à 16:15 - mythologies et légendes chinoises - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Merci pour cet article très complet! ,)

    Posté par Lise, 16 septembre 2016 à 00:50
  • Merci Lise, c'est sympa de te voir passer par là !

    Posté par bbristo, 09 octobre 2016 à 09:47

Poster un commentaire